RENCONTRE AVEC JACQUES LE FAILLER - SPADIUM

Basé à Brest, le groupe Spadium, créé en 2000 par Alain L'Helguen et Jacques Le Failler, est aujourd'hui le premier groupe en France à concevoir et construire des piscines en Délégation de Service Public a procédé concessif (conception, construction et gestion). Partenaire depuis 1997 du Stade Brestois, à l'époque sous le nom de Piscine Concept, le groupe Spadium a depuis bien grandi et s'est développé sur le territoire national. Cette croissance sur l'hexagone s'est faite en maintenant le siège social à Brest, une volonté des dirigeants de garder un ancrage local à l'image de leur passion indéfectible pour les Rouge & Blanc. Rencontre avec l'un des dirigeants, Jacques Le Failler à l'occasion du match Brest-Bordeaux où la marque Spadium s'affichera sur la tenue des joueurs.


Jacques, quelle est la clé de la réussite du groupe Spadium ?
L'objectif est de prendre en charge la totalité de la gestion d'une piscine. Le but n'est pas juste de construire. Ce qui a fait notre force, c'est notre expertise, notre accompagnement et la confiance que nous affichons auprès des collectivités. Cette confiance est garantie par le fait que nous gérons la conception, la construction et la gestion. D'un constat simple, si on veut que cela fonctionne bien, il faut que ce soit bien construit. Si c'est bien construit, c'est qu'à la base, ça a été bien conçu. Ce sont des contrats de 20 à 25 ans, ce qu'on appelle des délégations de services publics.


Vous proposez un projet clé en main et sans surprise...
C'est tout à fait ça. Nous avons un cahier des charges et une expérience qui nous amènent à réaliser des projets cohérents avec les collectivités. Grâce aux études de marché autour du bassin de population, des besoins de la municipalité, de la distance avec d'autres piscines, nous estimons un projet cohérent. Les charges sont calibrées sur la hauteur de l'investissement, les charges pour le personnel et enfin tout ce qui est fluide, eau, gaz, électricité... Nous travaillons main dans la main avec les collectivités afin que le tarif d'accès à nos piscines reste attractif pour l'ensemble de la population ciblée.


Quelles sont exactement vos cibles ?
Nous avons trois types de clients. Tous d'abord, il y a les scolaires (de la maternelle au lycée) avec soit de l'apprentissage; soit du sport-étude. Ensuite, il y a la partie activités sportives qui va du bébé nageur à l'aquagym, l'aquabike... plus d'une quarantaine d'activités. Et enfin, les entrées grand public, les abonnements, les familles avec cette particularité de pouvoir rester toute la journée à la piscine. Le temps 'est pas limité. Vous pouvez aller sur la terrasse vous restaurer et profiter ensuite à nouveau de la baignade.


Les Brestois connaissent bien le Spadium Parc du Relecq-Kerhuon...
Inauguré en 2008, ce projet représente un investissement de 12 millions d'euros. C'est une vraie réuisste aujourd'hui puisque nous faisons en moyenne 320 000 entrées par an. Soit un peu moins de 1 000 personnes par jour. Notre force, c'est de prendre en compte chaque détail dans l'expérience des clients. Par exemple, on s'est rendu compte que lorsqu'il y avait plus de 1°C d'écart entre la température de l'eau et la chaleur en dehors du bassin, les gens avaient la chair de poule. C'est pourquoi nous avons une eau à 29°C et un air de 29,5°C. Le confort et le bien-être sont au coeur de nos préoccupations.


Vous vous afficherez sur le maillot des Brestois face à Bordeaux...
Oui, nous sommes déjà présents depuis plusieurs années au stade Francis-Le Blé sur la pelouse synthétique rouge devant les bancs de touche mais nous avions envie de figurer cette saison sur le maillot des Brestois le temps d'une rencontre. Et si nous avons choisi Bordeaux comme adversaire, c'est que nous sommes bien installés en Gironde avec 3 établissements réalisés. C'est un clin d'oeil à nos collaborateurs dans le Sud-Ouest et c'est aussi une façon de nous renouveler dans notre communication, qui est beaucoup basée sur la notoriété dans le domaine du sport.

Article publié le 03-02-2021

ICI, c'est brest !